Manager par la mission et les compétences : Une nouvelle approche du management

0
693
Joli succès d’affluence pour la Matinale organisée le 23 mars 2017 par le MEDEF Lyon-Rhône, en partenariat avec l’Institut Condorcet, Métallurgie Rhodanienne, BTP Rhône et Métropole et l’UIC Rhône-Alpes.

En effet, plus de 120 participants sont venus entendre les témoignages de plusieurs entreprises engagées dans une démarche profonde de transformation managériale destinée à libérer l’énergie et la créativité des collaborateurs pour une optimisation de la performance globale de l’entreprise.

Dans son mot d’accueil, Laurent FIARD, président du MEDEF Lyon-Rhône et PDG de VISIATIV , a souligné l’importance du facteur humain et exposé la manière dont les 600 collaborateurs de l’entreprise sont tendus vers l’excellence opérationnelle, notamment sous l’action d’une centaine de transformers qui portent plus spécialement le souci de l’adaptation permanente.

Dans un propos introductif, Bruno LACROIX, membre de l’Institut Condorcet et président du conseil de surveillance d’ALDES, a souligné la nécessité de réinventer l’organisation pyramidale, de tourner le dos à la logique GPEC qui a tué le management par les compétences, et d’une implication des dirigeants de l’entreprise, sans laquelle la démarche est vouée à l’échec. En effet, la notion de mission induit l’idée d’un contrat passé avec le salarié : Afin de garantir que le salarié est bien dans sa mission, le manager doit s’assurer de son côté qu’il apporte les bonnes réponses aux questions suivantes : Qu’attend t ’on de moi ?, quels sont les résultats attendus ?, quels sont les moyens dont je dispose pour mener à bien ma mission ? De la qualité de la réponse apportée à ces questions dépend la qualité de l’engagement du collaborateur.

Plusieurs témoignages d’entreprises sont ensuite venus illustrer la démarche :

Pour Frédéric ROQUES, ex-Directeur Général EGIS-France (4000 collaborateurs), il faut dénoncer le fléau de la posture de travail, et revenir à l’authenticité de l’engagement des collaborateurs qui suppose l’authenticité du management, ce dernier ayant pour vocation de faire émerger le meilleur de l’homme. Pour cela, pas d’autre solution que de répondre à la quête de sens et de responsabiliser les salariés afin de créer de l’envie et du bien-être au travail. Ainsi, fut initié chez EGIS un travail sur les valeurs avec une vraie obsession du concret : Service du client, traque de l’inutile, recherche de l’intérêt collectif et transparence totale des informations.

Nul ne ressort indemne d’une telle démarche, à commencer par les managers dont la posture s’en trouve renversée : Fin des ego et partage du pouvoir. Le manager devient un accompagnant bienveillant qui encourage, autorise les erreurs, accompagne les initiatives et libère les énergies. Chez EGIS, la démarche a engendré une véritable prise de conscience de la part des membres du CODIR. Preuve de son caractère irréversible, une nouvelle stratégie d’entreprise validée en 6 mois et la définition d’une nouvelle gouvernance ont émergé des 48 groupes de travail mis en place au sein de l’entreprise, et impliquant près de 400 collaborateurs.

Chez MONTABERT, entreprise crée en 1921 et rachetée par les américains en 1994, une démarche similaire est en cours depuis le renouvellement du CODIR, il y a 3 ans. Pour le DRH, Lionel GOYET, pas d’autre alternative : L’entreprise était condamnée à se transformer où alors, c’était la disparition programmée compte tenu d’un turn-over particulièrement faible, et d’une pyramide des âges vieillissante. La démarche a donc consisté d’une part, dans la mise en place d’un plan de remplacement, et d’autre part, dans un plan de recrutement d’alternants dans le but de rajeunir les équipes et d’accroitre le niveau de compétences et donc, l’excellence opérationnelle au service du client. En 3 ans, 80% du chantier est aujourd’hui réalisé. L’entreprise est sortie d’une vision passéiste. Les salariés sont fiers de travailler chez MONTABERT. Une journée des familles sera d’ailleurs l’occasion de montrer leur nouveau cadre de travail. En somme, des retours très positifs, même si des axes de progrès existent encore, liés notamment à la difficulté de trouver dans le secteur de la métallurgie, les compétences recherchées.

Enfin, pour Philippe MARCADE, ex-directeur général de Campus Veolia Centre-Est et initiateur du projet ODAS (Open Data Application for Skills), les compétences doivent être décrites de manière simple à partir du travail réel en entreprise et partagées entre les acteurs d’un même territoire.

 

Voir la présentation du projet ODAS

Pour en savoir plus sur l’Institut Condorcet : Cliquez ici

Consultez la galerie photos

Propriété de publication

Cet article "Manager par la mission et les compétences : Une nouvelle approche du management" est une publication du site MEDEF Lyon-Rhône et lisible sur le site source à cette adresse http://www.medeflyonrhone.fr/2017/04/07/manager-par-la-mission-et-les-competences-une-nouvelle-approche-du-management/.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here