Mieux communiquer grâce à la grâce à la PNLH et à la kinésiologie

0
974

Mieux communiquer, grâce à la PNLH et à la kinésiologie

Savoir communiquer, même avec des interlocuteurs très différents de nous, c’est tout un art ! Différentes pratiques, parfois inattendues, peuvent nous y aider. Le 14 décembre 2015,  Sandrine Fondin, kinésiologue et Isabelle Thureau, sophrologue et hypnologue, feront découvrir aux Mampreneurs de l’Essonne des exercices de PNLH et de kinésiologie favorables à une plus grande confiance et à une meilleure affirmation de soi.

 

En quoi consistent ces deux disciplines ?
Isabelle Thureau : PNLH signifie Programmation neuro-linguistique hypnotique. En France, on connaît mieux la PNL, qui a été coupée un temps de son côté hypnotique, en raison de la défiance suscitée un temps par cette pratique. Aujourd’hui, l’hypnose, et la PNLH, retrouvent leurs lettres de noblesse. La PNLH est en fait une méthode simple, rapide et efficace pour changer nos comportements. Comme en hypnose, on travaille sur un objectif précis, mais on décompose la séance en plusieurs cycles hypnotiques courts.

Sandrine Fondin : la kinésiologie est une méthode qui aborde la personne dans sa globalité, au travers de ses « trois corps » : le mental, l’émotionnel et le physique. Sa particularité, c’est l’utilisation du test musculaire qui permet d’observer le corps émotionnel de la personne. L’avantage, c’est que celle-ci n’a pas besoin de formuler ses réponses. C’est son corps qui parle pour elle. Le kinésiologue propose ensuite un protocole adapté : exercices physiques, oculaires, relaxation…

Quel sera le contenu de l’atelier du 14 décembre ?

IT : Nous allons réaliser différents exercices de visualisation permettant de se mettre dans les dispositions souhaitées pour atteindre un objectif, par exemple mieux affronter une situation de communication, et de mobiliser les ressources dont nous avons besoin. Je guiderai les participantes mais je les aiderai aussi à devenir autonomes pour qu’elles puissent se préparer mentalement à leurs futurs rendez-vous ou autres événements importants.

SF : Je vais présenter des exercices qui ont pour objectifs de diminuer le stress, d’évacuer les peurs, de revenir au temps présent, d’améliorer la mémorisation, l’aptitude à réfléchir ou encore de mieux parler à haute voix. Les participantes pourront les pratiquer facilement ensuite, notamment pour se préparer à leurs rendez-vous. J’expliquerai également les principes de la kinésiologie et proposerai un temps de questions-réponses.

Qu’aimeriez-vous que cet atelier apporte aux participantes ?

IT : Je souhaite désacraliser l’état d’hypnose, montrer aux participantes que c’est un état naturel, que l’on vit tous les jours, et qui s’avère très utile si on sait en tirer parti. Il permet de mieux se connaître, d’être mieux ancré et d’être en mesure d’aller chercher les bonnes émotions au moment où on en a besoin (être enjoué, de bonne humeur…). Loin de la perte de contrôle que l’on pourrait craindre, c’est au contraire un moyen de reprendre le contrôle de son cerveau, donc de sa vie !

SF : J’aimerais que les participantes prennent conscience de l’équilibre qui existe entre nos trois corps : le mental, l’émotionnel et le physique. Nos potentiels de réussite, notre confiance en nous et l’assurance que nous montrons face à un interlocuteur, et plus globalement dans la vie, dépendent de cet équilibre essentiel.

Quel est votre parcours ?

IT : J’ai été assistante web, webmaster dans un Club de livres, puis chef de projet internet chez France Loisirs. Souhaitant redonner de l’élan à ma vie professionnelle, j’ai passé un diplôme du Celsa en sciences de l’information et de la communication. Ensuite, la sophrologie, puis l’hypnose, se sont imposées à moi. Au-delà du mieux-être qu’elles procurent, ces disciplines peuvent aider à changer le cours d’une vie, en nous aidant à puiser le potentiel qui est en nous. Je me suis formée à l’Institut de formation à la sophrologie (IFS) et à l’ARCHE. Depuis six ans, j’accueille les personnes dans mon cabinet de Juvisy, ou je me rends à domicile ou en entreprise.

SF : Aide-soignante de métier, je suis certifiée en relations humaines et diplômée de l’école Joël Savatovsky en « toucher massage ». J’ai eu recours à la kinésiologie pour des raisons personnelles, et cela a été une véritable révélation. Je me suis formée à l’EKMA, puis j’ai créé une association, Le Temps d’une Pause, en 2008. Depuis février 2015, j’exerce cette activité en tant qu’autoentrepreneur. Je travaille en réseau avec le corps médical et avec d’autres praticiens de santé, de manière à apporter à chacun la réponse dont il a besoin.

Que vous apporte l’association Mampreneurs ?

IT : Pour moi, les Mampreneurs, c’est avant tout des rencontres formidables, des partenariats professionnels mais aussi des amitiés qui se sont nouées au fil des années. Au-delà des Mamcafés, nous menons ensemble de nombreuses actions. C’est une véritable dynamique qui s’est créée, au sein et autour de l’association.

SF : Je suis membre depuis trois ans et l’association est un véritable moteur pour moi. Les rencontres et les échanges me dynamisent. Les retours d’expériences des autres adhérentes, ainsi que la qualité des intervenants et des sujets traités nourrissent ma réflexion et m’aident à me remettre en question. Enfin, notre journée spéciale annuelle en Essonne, moment d’échange et de convivialité, nous permet de mettre en pratique la relation aux autres et de progresser.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here