« 20 à 30 % des métiers des 20 prochaines années ne sont pas encore inventés » B. Bonnell au Gevil le 8 décembre dernier

0
157

Bruno Bonnell, député de la sixième circonscription du Rhône et issu de la société civile, car récemment encore il était chef d’entreprise, est intervenu devant un parterre de chefs d’entreprises à la rencontre économique GEVIL, le 8 décembre de 8 h à 10 h chez Adecco – 2 rue Henri Legay 69100 Villeurbanne.

Alain Garcia Président du GEVIL, Frédérique Vugier DRH Adecco Training, Bruno Bonnell député de la sixième circonscription du Rhône

Les sujets abordés ont touché aux ordonnances et aux réformes économiques (loi travail, réforme du dialogue social, apprentissage, formation professionnelle, la couverture du pays en 4G, …) ainsi qu’à l’actualité des entreprises du territoire.

Scoop 2018 : la création de « Coeur de Villeurbanne »

Il a annoncé un scoop, notamment pour 2018 la création d’une association « Coeur de Villeurbanne ». L’objectif est de ramener le dialogue entre les entreprises et les nombreuses associations de Villeurbanne. L’idée est que les entreprises soient force de proposition pour accompagner les associations sur différents types de besoin  (économiques, financiers, etc) et les aider à monter en compétence sur différents sujets, essentiellement de façon bénévole, par exemple : 

  • avec l’appui d’une entreprise experte dans son domaine,
  • optimiser leurs budgets,
  • mutualiser leurs achats entre elles pour bénéficier de conditions tarifaires,
  • optimiser leurs budgets souvent en baisse car les subventions diminuent,
  • les aider à croître, à se regrouper pour des actions communes,
  • avoir une intelligence collective,
  • voir avec les entreprises si elles ont des locaux disponibles et gratuits pour économiser un loyer et réduire leur charges, etc .

L’entreprise adhérent à une démarche « pro bono »

De très petites associations, livrées à elles mêmes, sans aucune expérience des fondateurs, n’ont aucune chance de survie. Il n’est pas question d’avoir une quelconque ingérance des entreprises dans les associations , ni de substituer à des produits ou services marchands que les associations acheteraient déjà.

Une formation professionnelle « agile« 

Bruno Bonnell indiquait que 20 à 30 % des métiers des 20 prochaines années ne sont pas encore inventés. La meilleure réponse est que le salarié se forme de façon permanente. Cette méthode « agile » est pour lui la meilleure chance de conserver ou de retrouver plus facilement un emploi, voire de se reconvertir x fois dans sa vie professionnelle et changer radicalement de métier. « Nos parcours de vie deviennent de plus en plus complexes. Pour une entreprise, c’est fini de chercher un collaborateur opérationnel et rentable immédiatement. il faut intégrer le coût d’une formation après  l’embauche dans le coût du recrutement. »

L’autre problématique pour le chef d’entreprise, sera de garder son collaborateur qui pourra être débauché une fois formé, par une entreprise qui mettra un zéro de plus pour son salaire annuel.

Le mercato des jobs va exister de plus en plus pour les entreprises, comme pour les clubs sportifs. Une des réponses sera d’intégrer dans le contrat du salarié un certain montant investi par l’entreprise dans la formation du salarié et qu’il devra restituer à l’entreprise en cas de démission avant x années, permettant d’amortir le coût de sa formation.

Pôle emploi commence à raisonner en terme de compétence et non plus de fonction pour les formations professionnelles. Changement radical !

Par exemple pour des opérateurs en salle blanche, si on ne trouve pas des collaborateurs de ce profil, on s’est rendu compte que des patissiers avec une formation de reconversion pourraient très bien faire le job. Bruno Bonnell indiquait que concernant l’apprentissage, l’objectif visé était un système similaire à celui de l’Allemagne.

L’assistance de chefs d’entreprises présentes a pu constater que beaucoup de chantiers sont en marche, que Bruno Bonnell, comme les autres députés issus de la société civile sont très mobilisés pour faire bouger les choses. Qu’au niveau de l’emploi comme sur beaucoup de sujets, face aux forces noires de l’habitude, l’expérimentation, la négociation, la mise en place des groupes de travail sont privilégiés, même si les résultats attendus, seront longs.

par FOULSHAM Eric. Mis à jour le 18 déc. 2017

Figure dans les rubriques
ASSOCIATION GEVIL
Actualités du GEVIL

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here